salle

"Je m'inquiète pour toi" : projection débats prévention du suicide auprès des élèves de Reinach

Mis à jour le 27/01/2020

Interpellés par le nombre inquiétant de suicides d’agriculteurs chaque année, Marjolaine, Pauline et Clément, tous trois de Reinach, à La Motte-Servolex, ont organisé une projection débats pour les élèves et les enseignants de leur lycée. La MSA a naturellement répondu présente à leur invitation.

Mercredi 18 décembre 2019, au cinéma L’Astrée à Chambéry, à l’issue de la projection du film « Au nom de la terre », d’Edouard Bergeon, le silence est d’or. Difficile pour les spectateurs d’exprimer leur réaction à chaud. Pour quelles raisons les agriculteurs en arrivent au suicide ? Que faire pour aider une personne en situation de crise suicidaire ? En tant que futur agriculteur, comment se faire accompagner si on se retrouve dans ce type de situation ? Autant de questions auxquelles les équipes de la MSA ont tâché de répondre au mieux, en rappelant, en guise de préambule que la MSA est présente pour accompagner ses adhérents lors de situations difficiles mais c’est aussi le cas tout au long de leur vie. En amont du projet d’installation pour faire des choix éclairés en matière d’investissement et d’organisation du travail, par exemple.
 

Le suicide, un rien peut l’éviter


Claire Pinet, psychologue de la cellule de prévention du suicide de la MSA Alpes du Nord « Oser les mots » rappelle que « le suicide, un rien peut le provoquer mais un rien peut l’éviter ». Pour aider une personne en détresse, il est important de lui montrer que l’on est présent pour elle, en allant la voir. Lui parler en utilisant le « je », comme par exemple « je m’inquiète pour toi ». C. Pinet alerte sur le fait que les suicides ne se manifestent pas que chez les personnes en situation de précarité et que le suicide n’est pas un choix. Son conseil aux futurs chefs d’exploitation pour ne pas se laisser absorber par cette spirale infernale : « Veillez à ne jamais vous confondre complètement avec votre exploitation. Restez avec cette conscience de la nécessité de la parole, qui est VITALE pour les êtres humains ».
 

Des élus MSA vigies sur les territoires


En Alpes du Nord, la MSA s’appuie sur des interlocuteurs de proximité qui entendent des mots et les maux. Depuis 2015, des journées de sensibilisation sont proposées aux veilleurs, dont font partie des élus de la MSA. Etre aux côtés de leurs pairs au cœur des territoires, lorsqu’ils en ont besoin, fait partie des missions de l’élu MSA. Parce qu’il n’est pas aisé de repérer le mal-être et encore moins de savoir comment écouter, réagir, quels mots privilégier, comment passer le relais, à qui s’adresser pour avoir un appui : c’est tout cela qui est abordé lors des sessions animées par un psychologue du Centre Bergeret et deux membres de la cellule « Oser les mots ». Parmi les mots à repérer : « J’en peux plus » ; « Je suis à bout » ; « J’ai les moyens d’en finir (arme, corde…) ».
 

Des enseignants et des élèves satisfaits


Les échanges auraient pu durer des heures mais, contrainte logistique oblige, les enseignants et les élèves du lycée Reinach n’ont eu d’autre choix que de reprendre la route de l’établissement avant que 12h sonne. La réflexion sera poursuivie en classe, à partir des documents reprenant les informations délivrées ce matin-là. « Nous sommes très satisfaits du bon déroulé de l’événement et de la pertinence des propos des intervenants MSA, toujours très utiles au-delà du cadre du notre projet » témoigne Marjolaine Leclerc, l’une des co-organisateurs de la rencontre. « Nous avons surtout apprécié le point d’honneur que la MSA eu à mettre en avant la personne et l’importance d’exprimer ses sentiments » ajoute-t-elle.