Le câble synthétique en exploitation forestière ?

Mis à jour le 30/10/2019

La MSA Alpes du Nord contribue, aux côtés des autres MSA d’Auvergne Rhône-Alpes, au projet SYCOMORE, une étude sur l’usage du câble synthétique en exploitation forestière, en alternative au câble acier. Enjeux pour la MSA : limiter le risque d’accident du travail et de maladies professionnelles. Verdict à venir début 2020, date prévisionnelle de fin de projet.

Depuis 2008, plusieurs entreprises forestières de la région Auvergne Rhône-Alpes ont testé le câble synthétique en alternative au câble acier. Ces dernières années, les services Santé Sécurité au Travail des MSA de la région Auvergne Rhône Alpes ont travaillé, fait tester, puis fait évoluer le câble synthétique pour concevoir spécifiquement un nouveau câble adapté à l’activité forestière. Ce travail a été réalisé en partenariat avec le FCBA (Institut Technologique Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement), une corderie et des débardeurs sur le terrain. Le référent pour la MSA Alpes du Nord est Romain Cassagne, conseiller en prévention.
 

Des tests sur le terrain pour valider la théorie

Les bénéfices attendus sont notamment d’être aussi résistant mais plus léger que le câble acier, afin de limiter l’effort physique, de supprimer le risque de blessure liée aux échardes d’acier et de supprimer le risque de retour de fouet en cas de rupture du câble. Un trio gagnant qui serait un avantage certain pour la santé des professionnels du bois, raison pour laquelle les services Santé sécurité au travail des MSA d’Auvergne Rhône-Alpes s’attèlent à vérifier que ces bénéfices soient bien avérés. Cela passe par des tests en situation réelle de travaux de débardage dans plusieurs exploitations forestières de la région, avec des ajustements, en fonction des résultats observés.
 

Un verdict à venir début 2020

Les premiers tests réalisés sur le terrain au mois de juillet en Isère, en Haute-Savoie et dans l’Ain puis en septembre lors de la foire forestière de Tence, en Haute-Loire, ont d’ores-et-déjà permis de valider 2/3 des bénéfices attendus. En revanche, l’avantage de résistance par rapport au câble acier reste à confirmer pour les grumes de gros diamètre. Verdict après un ultime test avec l’usage d’un câble synthétique plus épais, le 13 décembre dans une exploitation du territoire de la MSA Ardèche Drôme Loire. Le résultat conditionnera soit la poursuite de l’étude, soit le top départ pour la suite, qui serait de promouvoir et de valoriser ce matériel.





 

Le site internet dédié à la santé sécurité au travail en agriculture



Pour accéder au site : cliquer ici.